top of page

Lloñe est comme une métaphore, une métaphore de la fragilité du monde et de notre fragilité et vulnérabilité face à la nature, cette altérité qui,  un peu paradoxalement, semble plus mystérieuse et opaque qu'auparavant. 

 Mais 'Lloñe' parle aussi de connexions, de l'importance du lien. Ce sont les liens qui sauvent, empêchent la  déréliction absolue d'advenir. L'amour surtout, cette forme de lien qui n'est possible qu'entre des êtres qui se reconnaissent mutuellement dans leur vulnérabilité. 

bottom of page